page title icon ÉPISODE 58 – L’atelier #9 Anne-Sophie Le Bras et Google Atelier Numérique

ÉPISODE 58 : L’atelier du gagne-pain de Anne-Sophie Le Bras directrice du programme Google Atelier Numérique.

Dans l’Atelier du gagne pain, nous allons prendre le temps de rencontrer régulièrement des professionnels du recrutement. Avec eux, nous découvrirons un autre regard sur les métiers du digital. Dans ces ateliers, nous vous proposerons les conseils de ces professionnels pour faire les bons choix dans votre projet et vous aider à trouver le gagne pain qui vous convient.

Pour ce neuvième atelier, nous avons le plaisir d’accueillir Anne-Sophie Le Bras directrice du programme Google Atelier Numerique en France depuis 4 ans. Anne-Sophie est est avec nous aujourd’hui, pour nous parler de son expérience, comment construire sa carrière dans le numérique ? Quels sont les ateliers du numérique ? À quoi on peut se former ? Est-ce que c’es utile pour trouver un travail ?

Merci à Anne-Sophie, pour sa participation et nous espérons que l’écoute vous plaira ! Si vous aimez l’épisode, mettez-nous 5 petites ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️ pour nous encourager.

Vous travaillez dans le digital et vous souhaitez faire connaître votre métier, partagez votre expérience ? 

N’hésitez pas à nous contacter pour nous proposer votre profil pour une prochaine interview en nous contactant via l’adresse legagnepain @gmail.com

Notes du podcast et liens utiles :

Notre invité : Anne-Sophie Le Bras – Profil LinkedIn

Interview faite par : Bertrand Jonquois – Profil LinkedIn

La retranscription de l’épisode 58 :

Bertrand
Bonjour et bienvenue, c’est l’Atelier du Gagne-Pain. L’Atelier du Gagne-Pain, c’est l’occasion d’interroger des professionnels pour vous aider à trouver un job dans le digital. Pour ce 9eme Atelier, nous avons le plaisir d’accueillir Anne-Sophie Le Bras. Bonjour Anne-Sophie.

Anne-Sophie
Bonjour Bertrand.

Bertrand
Merci beaucoup d’avoir accepté notre invitation. Anne-Sophie, tu es directrice du programme Google Ateliers Numériques pour la France depuis quatre ans et on va avoir évidemment l’occasion de raconter tout ça dans le détail. Mais avant, est ce que tu pourrais nous expliquer ton parcours professionnel ?

Anne-Sophie
Oui alors, j’ai fait une école de commerce et en 2008, à la fin de mes études, j’ai rejoint un cabinet de conseil en stratégie pendant environ deux ans et demi. Et au terme de ces deux années et demi, j’ai ensuite rejoint Pages Jaunes (Solocal). J’y suis restée quatre ans. Et en 2014, j’ai rejoint Google pour être d’abord responsable des clients luxe et beauté. J’ai fait ce travail pendant quatre ans et en 2019, j’ai commencé à prendre la tête de ce programme Google Ateliers Numériques.

Bertrand
Merci beaucoup Anne-Sophie. L’Atelier du Gagne-Pain, c’est l’occasion de proposer des conseils de la part de professionnels pour construire sa carrière dans le numérique. Si tu en es d’accord, Anne- Sophie, j’aimerais t’interroger sur les métiers du numérique et comment Google accompagne les entrepreneurs et ceux qui cherchent un job dans le numérique. J’ai quatre questions pour cet entretien. C’est un, c’est quoi les Ateliers du numérique ? On va essayer d’expliquer ça très clairement. À quoi on peut se former ? C’est la deuxième question. La troisième question, c’est est ce que c’est utile pour trouver un job et comment ? Et puis après, quels sont toi, tes conseils pour ceux qui nous écoutent et qui pourraient trouver un job. Mais peut être qu’avant, tu peux expliquer ton rôle. Ça veut dire quoi, directrice des Ateliers du numérique chez Google France ?

Anne-Sophie
Oui. Je dirige les Ateliers numériques depuis 2019 et mon rôle consiste à coordonner tout ce programme, c’est environ une quarantaine de personnes qui sont partout sur le territoire. Je vais avoir des responsables régionaux, on va avoir des coachs, des personnes qui vont délivrer ces formations, Je vais avoir des gens qui seront à mes côtés à Paris pour m’aider à coordonner tout cela. Donc, c’est ça fait une très grande équipe répartie partout en France. Mon job, c’est vraiment de coordonner toutes ses actions…

Bertrand
Une action de manager d’abord ?

Anne-Sophie
Oui, d’organisation de management. Et des actions également partenariales, parce que ce programme ne serait rien sans les 400 partenaires répartis partout en France avec lesquels on bosse tous les jours. Dans ces partenaires, tu vas avoir, Pôles Emploi, des missions locales, tu vas avoir des chambres de commerce et d’industrie (CCI), tu vas avoir des écoles… C’est eux, concrètement, qui vont nous appeler, pour aller former le public. Moi, j’ai aussi ce rôle là, avec mes équipes, de coordonner toutes ces actions de partenariat.

Bertrand
Et donc, ça veut dire que tu sillonnes la France, toi aussi ?

Anne-Sophie
Ça veut dire que, par exemple, hier, j’étais à Marseille. Ça veut dire que la semaine dernière, on était à Berck. Dans deux semaines, on sera à Montpellier…

Bertrand
D’accord, donc beaucoup, de management, de la coordination et puis du terrain ?

Anne-Sophie
Tout à fait. Alors, j’ai des équipes, évidemment, qui sont sur le terrain, mais ça m’arrive régulièrement d’aller avec mes équipes pour les soutenir dans ces actions de formation.

Bertrand
Ma première question, je pense que beaucoup de ceux qui nous écoutent se posent aussi. C’est quoi les Ateliers du numérique ? Qu’est ce que ça veut dire concrètement et comment ça marche ?

Anne-Sophie
Ce programme, il a été lancé en France il y a 11 ans, en 2012. On l’a d’ailleurs lancé à Marseille. C’est un programme de formation et d’accompagnement aux outils du numérique. Concrètement, l’objectif, c’est quoi ? Si tu as des questions sur les outils du numérique, que tu sois commerçant, artisan, demandeur d’emploi, étudiant, parent ou juste curieux. L’objectif, c’est que tu puisses trouver auprès des coachs Google Ateliers Numériques une réponse à tes questions. C’est ça, les Ateliers numériques, c’est vraiment un programme de formation aux fondamentaux du numérique.

Bertrand
Il y a un chiffre dont tu as parlé quand on a préparé cet entretien. 700.000 personnes formées depuis que ça existe. C’est un chiffre colossal. Ça veut dire que vous rencontrez énormément de gens et vous formez énormément de gens tout le temps ?

Anne-Sophie
Tout le temps, en effet. Depuis 2012, on a accompagné, formé plus de 700 000 Français aux Outils du numérique. On le fait à la fois en distanciel, avec par exemple des webinaires ou des MOOCs, mais on fait aussi une bonne partie en présentiel. On croit beaucoup dans la valeur, dans l’interaction humaine, s’agissant de l’accompagnement numérique. C’est pour ça qu’on se déplace chaque année dans plus de 200 villes en France pour les former.

Bertrand
D’accord. Tout ça, c’est gratuit ?

Anne-Sophie
Tout à fait, c’est sans frais.

Bertrand
D’accord. Ça veut dire que ceux qui se forment peuvent se former dans les Ateliers physiquement quand ils viennent vous rencontrer gratuitement, mais ils peuvent aussi se former en ligne grâce aux outils que vous proposez en ligne.

Anne-Sophie
C’est ça. Tu as plusieurs façons d’être formé par les coachs des Ateliers numériques. Soit tu te connectes à la chaîne YouTube où il y a souvent des webinaires en live délivrés par les coachs Google Ateliers Numériques. Où soit tu bénéficies d’un training en présentiel, puisque les coachs, comme je disais juste avant, se déplacent tous les jours dans des villes de France. Soit tu peux aussi avoir un coach au téléphone parce qu’on a une hotline dédiée plusieurs heures par jour où on peut appeler un coach pour avoir des conseils. Il y a plein de façons différentes de pouvoir bénéficier des Google Ateliers Numériques.

Bertrand
Quand on a préparé cet entretien, tu m’as aussi parlé de mini fourgonnettes. Ça, j’avoue que ça m’a fait sourire. C’est quoi les mini fourgonnettes ?

Anne-Sophie
Ce programme, on l’a fait beaucoup évoluer au cours des 11 dernières années, on a testé plein de formats différents pour essayer à chaque fois d’être plus pertinents, d’être plus adaptés à ce que nos publics recherchent. Typiquement, à partir de 2018, on s’est dit « On va ouvrir des lieux physiques, des lieux pérennes dans lesquels on va s’installer dans cinq villes de France », qu’on a toujours d’ailleurs à Rennes, à Montpellier, à Nancy, à Saint Etienne, à Bordeaux et depuis plus récemment à Paris. En 2020, on s’est dit « C’est très bien d’être présents dans des lieux, mais il y a quand même un besoin hyper fort d’être présents dans d’autres villes, dans des villes plus rurales, plus éloignées, où il y a besoin aussi d’accompagnement. C’est pour ça qu’on a lancé ces vans Google Ateliers Numériques.

On en a cinq. Il faut imaginer que c’est des petits Citroën C5 qui rappellent un petit peu « Pierrette et son pot de lait » aux couleurs de Google Ateliers Numériques. C’est là dedans que nos coachs vont aller former des publics très différents dans plein de villes de France.

Bertrand
Comme si on allait sur les marchés, d’une certaine manière ?

Anne-Sophie
complètement. On va sur certains marchés. Il y a deux semaines, on était sur la place du Marché à Decines, juste à côté de Lyon. On les sort très fréquemment, ces vans, parce qu’en plus, ils ont le mérite d’attirer l’attention, de susciter une forme de curiosité, de faire venir le chaland.

Bertrand
C’est grâce à tout ça que vous avez formé 700.000 personnes depuis que ça existe et le rythme, c’est à peu près 100.000 personnes formées chaque année ?

Anne-Sophie
Oui, tout à fait.

Bertrand
Ce qui est énorme. Quand on compare à d’autres formations ou d’autres environnements de formation, c’est des chiffres absolument colossaux…

Anne-Sophie
Tout à fait. Tu as beaucoup de gens qui vont venir une fois pour se former, parce qu’il faut imaginer que nous, on a à peu près 70 contenus sur étagère, 70 contenus de une heure. Tu as des gens qui vont venir une fois, puis tu as des gens qui vont venir se former une fois, mais qui vont avoir besoin, derrière, de deux, trois, quatre coachings personnalisés avec des coachs…

Bertrand
Dans les questions que j’avais pour toi, on peut approfondir. Vous formez qui ? On a dit beaucoup de monde mais c’est qui le profil ? C’est qui les profils visés en priorité ?

Anne-Sophie
On va avoir à la fois dans nos publics des professionnels, des TPE & PME, des patrons de TPE & PME ou des employés de TPE & PME. Mais on va aussi avoir des demandeurs d’emplois, des étudiants, des parents ou parfois juste des curieux. Par exemple, dans les TPE & PME, tu vas avoir beaucoup de commerçants, d’artisans ou d’indépendants qui vont se demander : comment je fais pour être visible en ligne ? Comment ça marche, une communauté ? Comment je fais pour être fait, pour me lancer sur les réseaux sociaux ? Et puis, parmi les publics plutôt demandeurs d’emplois ou étudiants, ils vont venir chercher : Comment faire son CV en ligne ? Quelles sont les opportunités professionnelles que je trouve dans le numérique ? Comment je réussis un entretien à distance ?

Ou des choses qui sont plutôt liées aux Soft Skills, aux compétences transverses, avec notamment un training qui fonctionne bien, qui s’appelle : Je suis remarquable, apprenez à le dire. Qui va permettre aussi aux gens de savoir encore mieux se vendre. Comme je disais, c’est 70 contenus sur étagères qui sont plutôt courts, mais qui vont permettre de se former sur des thématiques très variées.

Bertrand
Excellent. On mettra les liens directs dans les commentaires du podcast pour qu’on puisse trouver justement ce fameux catalogue des formations. Le deuxième thème que je voulais aborder avec toi, c’était comment se former ? Tu as déjà un peu répondu, mais la première chose, c’est qu’on peut aller directement en ligne et commencer à se former par soi même ?

Anne-Sophie
Tout à fait, vous pouvez aussi bien passer le MOOC directement sur le site des Ateliers numériques. C’est une quarantaine de cours qui vont constituer une petite centaine d’heures et qui vont permettre à la fin de passer un examen et d’être reconnus sur la formation, les fondamentaux du marketing Numérique.

Bertrand
Donc ça, ça se manifeste par une certification à la fin de cette formation ?

Anne-Sophie
Tout à fait, une certification qui est reconnue IAB, qui est un acteur très reconnu dans ce milieu. Et aussi, tu peux très bien te connecter sur la chaîne YouTube des Ateliers Numériques. Il y a plein de replays, il y a plein de formations. Et puis on continue de faire des Lives toutes les semaines. À chaque fois, il faut imaginer qu’on met un coach qui fait le Live, mais tu as aussi un coach qui répond à toutes les questions, parce qu’on a plein de questions qui nous sont posées dans le chat. Et nous, l’objectif, c’est que même si c’est du distanciel, il faut qu’il y ait de l’interactivité, il faut qu’il y ait un humain, il faut qu’on puisse avoir les réponses aux questions qu’on se pose.

Bertrand
Si je comprends bien, ça veut dire qu’on peut se former par soi même avec des MOOCs, avec des choses qui sont déjà préformatées et auxquelles on peut accéder et puis après être certifié. Mais on peut aussi faire les replays en ligne des formations que vous avez fait par le passé et donc se former grâce à ça ?

Anne-Sophie
Tout à fait.

Bertrand
Ok. Et tout ça, je repose la question, mais pour être bien clair, c’est gratuit. C’est à dire que pour ceux qui souhaitent se former, il n’y a pas de frais ?

Anne-Sophie
Absolument, c’est sans frais.

Bertrand
Donc c’est quand même très intéressant. Et puis après, troisième chose dont tu as parlé, il y a des Ateliers en présentiel. Donc là, ça veut dire les villes dans lesquelles vous êtes déjà présents ou là, il y a des formations qui sont effectuées à quel rythme, par exemple ? Comment on peut accéder à ces formations ?

Anne-Sophie
Oui, c’est accessible depuis le site des Ateliers numériques. On a un petit agenda avec un programme. Il est vrai que depuis quelques mois, on continue d’être présents dans ces villes là, mais on développe aussi une offre de formation très dense dans les régions. On a une approche qui se veut vraiment très régionale.

Bertrand
Pas seulement rester dans les grandes villes dans lesquelles vous êtes présente, mais aussi aller sillonner la campagne… La troisième partie des sujets qu’on avait envie d’évoquer ensemble lors de cet entretien, c’était de comprendre si les Ateliers du numérique de Google permettaient de trouver un job et comment. Est ce que tu peux parler de ça et de cette évolution des Ateliers du numérique pour aider à trouver un job ?

Anne-Sophie
Tu as dit le bon mot, c’est « évoluer ». Je vous l’ai dit juste avant, c’est vrai que ce programme, on l’a beaucoup fait évoluer depuis 2011 pour le rendre à chaque fois plus adapté à ce que nos publics attendent. Et donc là, récemment, Google a décidé de s’attaquer encore plus au sujet de la pénurie de talents dans les métiers du numérique. Et on s’est dit « On a une vraie carte à jour, on a une vraie responsabilité aussi pour aider à pallier les difficultés de recrutement dans ces métiers là. C’est pour ça que l’année dernière, on a lancé un programme qui s’appelle Google Career Certificates. Désolée, c’est en anglais…

Bertrand
Comme beaucoup de choses dans le digital ?

Anne-Sophie
Comme beaucoup de choses en digital. Il faut s’y faire, malheureusement. On n’a pas vraiment de choix…

Bertrand
Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas le traduire en français, mais oui, il y a beaucoup de choses en anglais.

Anne-Sophie
Entre l’anglais et les acronymes, c’est vrai que c’est un peu compliqué parfois. On a lancé ce programme Google Career Certificates. Concrètement, qu’est ce que c’est ? Ce sont quatre formations qui vont permettre de se former 100% à distance à quatre métiers qui recrutent. Tu vas avoir, par exemple, je recommence sur les Anglicismes, mais UX Designer, tu vas avoir Manager de projet, tu vas avoir Support informatique ou tu vas avoir Analyste de données. Ces formations, elles sont hébergées sur Coursera. Elles vont permettre à des personnes sans prérequis préalables de se former à ces métiers en environ 150 à 200 heures de formation face à son ordinateur.

Bertrand
Et donc, là, Coursera, c’est un de vos partenaires pour mettre ça en place ?

Anne-Sophie
Oui, tout à fait. C’est sûr qu’on travaille beaucoup avec mes équipes. Si tu veux, ce n’est pas tant ces formations qui sont accessibles moyennement en abonnement. Nous, ce qui va nous importer avec mes équipes, c’est de travailler avec partenaires Ateliers numériques de longue date pour être sûr que des publics qu’on voit trop peu dans ces métiers là puissent venir se former sur Coursera à ces métiers là. Ces publics, c’est les femmes, c’est les jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville, c’est les personnes qui se reconvertissent.

C’est tous ces publics là. C’est pour ça que quand on a lancé le programme Google Career Certificates, on a surtout annoncé la distribution de 10 000 licences gratuites avec nos partenaires associatifs comme DiversiDays, comme Mavoie.Org ou des partenaires plutôt institutionnels comme Pôle Emploi, pour faire en sorte que des publics qu’on voit trop peu dans ces métiers là puissent se dire « Tiens, si moi aussi je tentais le coup, je prends une licence gratuite et puis j’essaye de me former à un de ces métiers là. »

Bertrand
D’accord, donc ça, c’est une évolution importante parce que c’est des choses plus longues, plus lourdes, sur lesquelles là aussi, il y a des possibilités de se former gratuitement. C’est quand même très important ?

Anne-Sophie
On garde cette notion, justement, d’accessibilité, cette notion d’inclusivité, puis cette notion partenariale aussi. Ce n’est pas nous tout seuls qui distribuons ces licences gratuites, on le fait avec nos partenaires.

Bertrand
Pour essayer d’expliquer ça encore plus clairement à ceux qui nous écoutent, est ce que tu peux prendre quelques exemples derrière ? Est ce que tu as quelques exemples d’entreprises, de gens que tu as formés, de métiers sur lesquels tu as apporté ton concours et qui t’ont particulièrement marquée ou particulièrement intéressée ?

Anne-Sophie
Oui, on a la chance d’avoir ce qu’on appelle des belles histoires, plein de belles histoires ces dernières années, de gens qui sont passés par les Ateliers numériques et pour qui ça a été un vrai déclic. Je pense par exemple à Virgile, qui a repris la menuiserie familiale dans les Vosges quelques semaines après le premier confinement et qui s’est dit, du haut de ses 20 ans, que ce serait quand même pas mal d’avoir une dimension digitale à l’offre de services. Il a lancé un site Internet et qui ne savait pas trop d’où partir. Alors, il a demandé l’aide de Chloé, une de nos coachs qui est basée à Nancy. Elle l’a aidée à travers cinq, six coachings personnalisés.

Et c’est Virgile qui nous raconte son histoire. On a d’ailleurs fait une vidéo qui est absolument géniale, qui nous raconte son histoire. Il dit « J’ai lancé le site e-commerce et puis, en l’espace de quelques jours, voire semaines, j’ai vu une augmentation significative des revenus. Ça m’a permis d’embaucher deux personnes supplémentaires. Ça m’a permis d’acheter une machine en plus. Et honnêtement, je ne sais même pas comment on faisait avant sans avoir un site e-commerce ».

Bertrand
Excellent, je mettrais le lien vers cette histoire et le lien YouTube pour que ceux qui nous écoutent puissent aller plus loin sur cet exemple.

Anne-Sophie
Avec des superbes images de la forêt vosgienne…

Bertrand
Là, on est vraiment dans la campagne ?

Anne-Sophie
Oui, tout à fait. Il y a une autre histoire que j’aime beaucoup, c’est Aurore. Aurore habite à Aigues- Mortes. Elle est maman de trois enfants, elle a plus de 45 ans. Elle est en plein confinement, elle ne travaille pas, mais elle se dit que quand même, elle a envie de faire autre chose parce que avec le confinement à s’occuper des trois enfants tous les jours, c’est un petit peu difficile. Et aurore, fait appel à des coachs Google Ateliers Numériques pour en savoir un petit peu plus sur les métiers du numérique. En discutant avec un coach de Montpellier, elle se rend compte qu’il existe des formations pour permettre de se former au métier de UX Designer. En discutant avec un coach qui l’oriente un petit peu vers ses différents métiers, elle se dit « OK, je vais passer une formation sur OpenClassrooms, sur les bons conseils de mon coach Google Ateliers Numériques. » Et c’est ce qu’elle fait.

Le jour, elle s’occupait des enfants et puis le soir, elle passait sa formation et elle est devenue certifiée UX designer. Et elle s’est mis à faire les sites Internet de tous les commerçants d’Aigues-Mortes. Si vous voyez un site Internet d’un commerçant d’Aigues-Mortes, c’est probablement Aurore qui l’a fait sur les bons conseils de son coach Google Ateliers Numériques. Et elle nous fait rire parce qu’elle dit « Moi, il y a deux personnes qui comptent dans ma vie, c’est mon mari et les Ateliers numériques ».

Bertrand
C’est joli et donc effectivement, là, on montre aussi la diversité des âges des personnes que vous pouvez former. Donc à la fois très jeunes et d’autres plus éloignées des formations numériques classiques. Est-ce que tu pourrais nous dire quelles sont les toutes dernières évolutions du programme Atelier du numérique de Google ?

Anne-Sophie
Oui, historiquement, on a ce programme Google Ateliers Numériques qui nous a permis de former 700.000 personnes aux fondamentaux du numérique. On a développé les certificats avec Coursera sur ces quatre métiers et très récemment, on a lancé le Bootcamp numérique en collaboration avec Oreegami. C’est une formation de 15 mois, dont 12 mois en apprentissage, qui permet de se former au marketing digital. On est présents dans plusieurs villes, mais ce qu’on va annoncer là très prochainement, petit teaser, on va également lancer un Bootcamp numérique spécialisé sur les métiers de l’intelligence artificielle, cette fois ci en collaboration avec Le Wagon.

Bertrand
Excellent. Merci Anne-Sophie. Pour terminer notre entretien, j’avais envie de t’interroger sur tes conseils. Quels sont les conseils pour ceux qui nous écoutent, pour les aider à trouver leur voie dans le numérique.

Anne-Sophie
Écoute, j’en aurai trois des conseils pour celles et ceux qui cherchent leur voie dans les métiers du numérique. Le premier, ne vous laissez pas effrayer par le nombre d’acronymes, d’anglicismes, de dénominations un peu cryptiques, et obscure qu’on peut trouver sur ces métiers là. Je sais très bien que quand on dit SEO Manager, quand on dit UX Designer, quand on dit Traffic Manager, moi aussi, il y a quelques années, je n’avais aucune idée de la réalité que ça recouvrait. En vérité, il y a quand même beaucoup de beaucoup de ressources qui permettent de comprendre ce que sont ces gens. D’ailleurs, ton podcast en est un exemple parlant.

Bertrand
Tous ces Métiers, on les a traduit d’ailleurs à chaque fois pour s’assurer que tout le monde comprenne…

Anne-Sophie
C’est hyper important parce que c’est vrai qu’on n’a pas trop fait l’effort, globalement, et Google les premier, de traduire en français ce que ça veut dire. En réalité, il ne faut absolument pas se laisser effrayer par ces appellations qui sont quand même parfois un peu compliquées à comprendre. Ça, c’est ma première recommandation.

Bertrand
Premier conseil, ne pas avoir peur !

Anne-Sophie
Et mon deuxième conseil, c’est regarder autour de vous. Il y a un nombre incroyable d’organisations, de personnes qui s’investissent justement pour aider un maximum de personnes à accéder à ces métiers là. C’est aussi bien Pôle emploi, ce sont les missions locales ou bien c’est des associations comme Diversity Days, comme Mavoie.org, comme Inco Il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup. On travaille avec pas mal d’entre elles. Et vraiment, n’hésitez pas à demander de l’aide à ces gens là. Ils sont là pour ça. Ils sont là pour vous aider.

Bertrand
Donc là, ton deuxième conseil, c’est de chercher autour de vous. Il y a Google et les Ateliers Numériques, mais il y a autour de nous plein d’organismes, de formations possibles, d’aides qui permettent d’aller vers ces métiers du numérique si on n’a pas encore toutes les compétences pour le faire ?

Anne-Sophie
Oui, tout à fait.

Bertrand
Ok. Et alors le troisième conseil ?

Anne-Sophie
Et le troisième conseil va s’adresser plutôt aux filles, aux femmes. Je suis toujours très étonnée de voir le niveau d’autocensure qu’on se donne, nous, les femmes, sur ces métiers là. C’est vrai que moi, il y a un chiffre que je trouve très parlant. Quand tu poses la question à des collégiens et des lycéens, s’ils se projettent sur les métiers du numérique, ils sont 30% à te dire oui. Quand tu poses la même question à des collégiennes et des lycéennes, elles sont que 7%. Parce que c’est des métiers qui sont plutôt faits pour les garçons, parce qu’il faut être bon en mathématiques. Je ne sais pas.

Il y a plein d’idées préconçues autour de ces métiers là, qui font qu’aujourd’hui, on trouve encore trop peu de femmes dans ces métiers. Ce que j’ai envie de leur dire, c’est ne vous auto censurez pas, il y a de la place pour vous, vraiment.

Bertrand
Quand on a préparé cette interview, tu as aussi ajouté des conseils sur les évolutions des métiers, comment évoluent les métiers. Ça te paraissait important d’évoquer ça ?

Anne-Sophie
Oui, parce que ce sont des métiers qui sont en tension aujourd’hui. Mais toutes les études montrent que ça va être encore plus vrai demain.

Bertrand
Quand on dit métiers en tension, pour ceux qui nous écoutent. Ça veut dire que l’on cherche beaucoup de monde, donc il y a du boulot ?

Anne-Sophie
Oui, on cherche beaucoup de monde et on a plus d’offres que de candidats. Tu prends les métiers de la cybersécurité, par exemple, en 2021, les offres d’emploi dans les métiers de la cybersécurité, on en a pourvu 25 % de ces offres d’emploi. Donc, tu as 75 % des offres d’emplois dans les métiers de la cyber qui n’ont pas été pourvues.

Bertrand
Donc, ça veut dire que pour ceux qui nous écoutent, si jamais je me forme à la cyber, je vais trouver un job assez facilement ?

Anne-Sophie
En tout cas, tu as de fortes chances d’avoir pas mal d’offres…

Bertrand
D’accord. Et donc là, toi, tu voulais insister là dessus, c’est à dire il y a beaucoup de métiers en tension, donc il y a beaucoup de perspectives pour le boulot dans ces métiers là.

Anne-Sophie
Tu vois, il y a un autre chiffre que je trouve très évocateur. On estime là, dans une étude qui est sortie il n’y a pas très longtemps, que pour pouvoir pallier toute la demande sur ces métiers là, on va devoir former 130.000 personnes par an au métier du numérique. Aujourd’hui, on en forme 70.000 par an. Tu te rends compte ? Donc, il va falloir aller chercher 60.000 personnes supplémentaires.

Bertrand
C’est monstrueux, il y a vraiment une idée de volume, de nombre de personnes qu’on a besoin de former. Dernière question. Si jamais ceux qui nous écoutent ont envie de te poser directement des questions, comment ils peuvent le faire ?

Anne-Sophie
Ils peuvent tout à fait m’envoyer un petit message via mon LinkedIn. Soyez juste sympa avec moi. Je prends sur mon temps pour répondre. Parfois, je peux prendre quelques jours pour vous répondre, mais j’essaye de répondre à tout le monde quand on m’envoie un petit message. Et puis, je voudrais aussi dire à tes auditeurs et auditrices, j’ai évoqué les licences Coursera. Si certains ou certaines ont envie de se former à un des quatre métiers que j’évoquais et qu’ils ont envie de bénéficier d’une licence gratuite qu’ils m’envoient un petit mail.

Bertrand
C’est très gentil. Merci beaucoup Anne-Sophie, c’était très éclairant. Merci beaucoup.

Anne-Sophie
À bientôt. Merci beaucoup.

L’épisode 58 du Gagne-Pain, l’atelier #9 et le programme Google Atelier Numérique , est également disponible sur :

le podcast le gagne-pain sur Deezer

Laisser un commentaire