page title icon ÉPISODE 24 – L’atelier du gagne-pain : Pourquoi et comment utiliser linkedin pour trouver un job avec Julien Pibourret.

Épisode 24 – L’atelier du Gagne-Pain : Pourquoi et comment utiliser LinkedIn pour trouver un job avec Julien Pibourret est l’auteur de « La petite Boîte à Outils de LinkedIn » chez DUNOD.

Bonjour et bienvenue sur L’atelier du Gagne-Pain !

L’atelier du Gagne-Pain c’est votre nouveau rendez-vous qui vous fera découvrir des professionnels du digital. Avec eux, nous découvrirons un autre regard des métiers du digital. Dans ces ateliers nous vous proposerons les conseils de ces professionnels pour faire les bons choix dans votre projet et vous aider à trouver le Gagne-Pain qui vous convient.

Dans ce 24ème épisode, nous avons l’honneur de recevoir Julien Pibourret, qui saura vous parler de l’utilisation du réseau LinkedIn pour trouver votre futur job !

Merci à Julien pour sa participation et nous espérons que l’écoute vous plaira !

Si vous aimez l’épisode, mettez-nous 5 petites :étoile::étoile::étoile::étoile::étoile:️ pour nous encourager.

Vous travaillez dans le digital et vous souhaitez faire connaître votre métier, partagez votre expérience ? 
N’hésitez pas à nous contacter pour nous proposer votre profil

Notes du podcast et liens utiles :

Notre invité : Julien Pibourret – Profil LinkedIn

Son livre : La petite Boîte à Outils de LinkedIn

Interview faite par : Bertrand Jonquois

La retranscription de l’épisode 24 : Atelier : Trouver son job avec LinkedIn

Bertrand

Bonjour Bienvenue, c’est l’atelier du Gagne-Pain. Je suis Bertrand Jonquois, co-fondateur du Gagne-Pain et avec ce nouveau rendez vous, l’Atelier du Gagne-Pain, nous allons prendre le temps de rencontrer régulièrement des professionnels du recrutement. Avec eux, nous découvrirons un autre regard sur les métiers du digital. Dans ces ateliers, nous vous proposerons les conseils de ces professionnels pour faire les bons choix dans votre projet et vous aider à trouver le Gagne-Pain qui vous convient.

Bertrand

Bonjour et bienvenue c’est l’atelier Gagne-Pain. L’Atelier Gagne-Pain, c’est l’occasion de s’interroger des professionnel pour vous aider à trouver un job dans le digital. Pour ce quatrième atelier et nous avons le plaisir d’accueillir Julien Pibourret. Bonjour Julien.

Julien

Bonjour Bertrand.

Bertrand

Merci beaucoup, Julien, d’avoir accepté notre invitation. Julien est l’auteure de « la petite boite à outils de LinkedIn » chez Dunod. Il a aussi proposer une méthode UCI pour développer sa marque personnelle sur LinkedIn, il assurent des formations sur les réseaux sociauxet sur linkedIn Ads. Est-ce que j’ai oublié quelque chose julien ?

Julien

Je fait aussi peu de recrutement. Je ne vais me lancé en plus dans la formation prospection commerciale. c’est un sujet aussi que j’affectionne tout particulièrement.

Bertrand

Et j’avais cru comprendre que tu avis une petite passion pour le rugby?

Julien

J’ai fais beaucoup de rugby un plus jeune, a côté de Pau. Et c’est une partie aussi de ma personnalité. ca joue aussi un peu sur ma façon de de passer à l’action et je pense.

OK le Gagne-Pain, l’Atelier de Gagne-Pain, a pour objectifs de proposé des conseils aux jeunes qui nous écoutent, pour trouver un job notamment dans dans le digital. Et si tu en es d’accord, j’aimerais organiser l’entretien sur 4 sujets. Le premier, c’est quoi LinkedIn ? Le 2ème comment optimiser son profiling LinkedIn, son CV en ligne ? Le 3ème c’est comment développer son réseau et ses contact sur LinkedIn ? Le 4ème, pourquoi et comment Publier sur LinkedIn. On le fait par étapes, on peut commencer par le 1er sujet. C’est quoi LinkedIn ?

C’est un réseau de références, c’est le 1er réseau professionnelles. C’est le premier réseau social et professionnel dans le monde.  Sur des chiffres concrets, c’est en France 22 millions de comptes. On ne peut considérer de puis 2019 qu’a chaque seconde entre 2 & 3 comptes qui se créent dans le monde. Donc c’est un passage obligé, je pense, pour construire son réseau d’opportunités professionnelles aujourd’hui.

Bertrand

Et qui sont des gens qui sont présents sur sur LinkedIn ?

Julien

On à un spectre qu’est assez large. Et c’est vrai que les gens qui sont les actifs, ce n’est pas forcément du plus jeune. Ca va être les actifs qui sont déjà entré dans la vie professionnelle. L’âge le plus présent, ca va être plutôt de 30 ans jusqu’à 50 ans.

Bertrand

Donc ce sont des professionnels de 30 à 50 ans, si on veut faire une sorte de portrait robot. Et c’est des gens qui ont  du pouvoir, ils recrutent, ils cherchent des collaborateurs, ils sont dans cette logique la. C’est à ça que Ca sert LinkedIn ?

Julien

Tout a fait. Je crois beaucoup la dimension du business de la plateforme. Je pense qu’il faut toujours l’avoir en tête. Les gens qu’on va trouver sur LinkedIn, c’est fondamentalement pour construire quelque chose, une relation, une opportunité business.

Bertrand

Merci beaucoup, c’est très clair. On comprend bien LinkedIn. Maintenant, la question c’est quels sont tes conseils pour optimiser son profil, son, son CV en ligne sur LinkedIn?

Julien

Il faut bien comprendre que sur LinkedIn, il y a une notion de référencement. D’accord, on peut se référencer notamment sur les moteurs de recherche. Il y a du SEO, hors de LinkedIn, il y a du SEO dans LinkedIn. Il faut bien mettre les mots clés qui correspondent aux métiers et aux fonctions qu’on souhaite atteindre, dans lequel on souhaite travailler.

Bertrand

Donc, ça veut dire que déjà, dans ce que tu dis, LinkedIn c’est pas juste un CV. C’est un CV électronique dans lequel il faut comprendre, pas seulement ceux qui regardent le CV, mais aussi la machine qui le regarde ?

Julien

Tout à fait. Pour moi, je crois que le CV n’est pas un profil. Le CV est un site Internet. C’est pour ça qu’il faut montrer ce qu’on peut apporter.

Bertrand

Quand on parle de créer son profil, on parle surtout de photo, de photo de couverture, titre & descriptif. Qu’est ce que c’est que tout ça ?

Julien

Alors moi, je recommande trois piliers sur LinkedIn pour réussir au niveau du profil. Il y a le premier pilier ou on va trouver tout ce qui va toucher la bannière LinkedIn, le titre et la photo.

Bertrand

Ça, c’est ce qu’on voit quand on recherche quelqu’un sur LinkedIn, la grande bannière, la photo de profil et le titre qui résume qui on.

Julien

C’est la première information que va voir le visiteur, le recruteur, le décideur. C’est ce qu’on appelle aussi, sur un site internet, au-dessus de la ligne de flottaison…

Julien

C’est la première information. Ensuite, il y a un deuxième volet sur le profil qui va concerner notamment tout ce qu’on va trouver sur la partie infos. La partie sélection du contenu. Il faut donner des informations sur ce qu’on peut apporter, qui on est, qu’est ce qu’on peut faire…

Bertrand

Et là, on a plus de liberté, on peut dire plus de choses, on a du texte…

Julien

On peut montrer aussi des choses qu’on a fait, des portfolios, ne pas mettre que son CV. Je pense comme beaucoup de personnes font sur LinkedIn. Ca c’est le deuxième bloc. Et le troisième bloc, c’est toute la partie expériences, formation et recommandations. On peut recommander des compétences. On peut avoir aussi des recommandations écrites, comme des témoignages sur un site d’e commerce.

Bertrand

Là, ça veut dire que l’on est déjà passé en dessous de la ligne de flottaison. C’est à dire que là, on va décrire ces expériences qu’on sait faire. Ces expériences professionnelles, pourquoi pas ses autres expériences, du bénévolat, du sport, etc…

Bertrand

Et c’est une question qui revient souvent parmi les auditeurs du Gagne-Pain. Qu’est ce que je fais sur mon profil quand je n’ai pas beaucoup d’expérience ?

Julien

Bien sûr, les formations qu’on fait. Je parlais de tout à leur des mots clé. Ça veut dire quoi concrètement, a un exemple quand je donne, c’est quand on suit une formation. On prend le plan de la formation, le module de la formation. On Note les mots clé, les compétences, qui reviennent à en terme de module, et on va les ajouter en priorité dans la partie en formation. Ça, c’est la première chose qu’il faut faire. Et ensuite, quand on manque un peu d’expérience au début, il faut commencer à à construire son réseau d’opportunités professionnelles. Surtout ne pas avoir peur d’entrer en relation avec d’autres professionnels.

Bertrand

Merci Julien. J’aimerais m’arrêter sur des Soft Skills, c’est fameuse. Compétences douces de comportement. Est-ce que selon toi, pour les jeunes qui nous écoutent, il y a des possibilités sur LinkedIn de montrer ses Soft Skills.

Julien

Il est vrai que dans tous les écoles où je pense quant à la possibilité de réaliser beaucoup de projets associatifs, de projet concret d’entreprises et qui viennent solliciter les écoles. Cela, je pense qu’il faut le mettre en avant. Ca peut être de la partie gestion de projets, la partie savoir faire…

Bertrand

Le sport aussi c’est important ?

Julien

Je pense bien évidemment, Soft Skills ce sont des compétences qui sont peu périssables, qui vont durer tout au long d’une carrière professionnelle. Mais je pense que c’est ça qui fera la différence de plus en plus, parce que les hard Skills ont une obsolescence beaucoup plus rapide…

Bertrand

C’est une notion très intéressante, ça. Et c’est vrai que, des l’école, dès les premières expériences, les Soft Skills existent chez les individus et elles vont rester, tout au long de leur vie. C’est une compétence comme tu disais, durables.

Julien

il y a même des entreprises aujourd’hui qui cherchaient de plus en plus à analyser, à détecter de manière très précise, c’est Soft Skills.

Bertrand

Donc on a parlé de LinkedIn, de l’entreprise. On n’a parlé du profil, du CV en ligne. Maintenant, la chose importante, c’est le réseau, c’est ça qui fait passer LinkedIn à une nouvelle dimension. C’est qu’on peut y associer ses contacts, son réseaux. Donc comment tu vois les choses pour les jeunes nous écoutent pour développer leurs leur réseau LinkedIn  ?

Julien

Alors, la première chose qu’il faut faire, c’est arrêter d’utiliser LinkedIn pour ajouter des gens que l’on connaît. C’est à dire que les gens ou tu as déja leur numéro de téléphone & leur adresse email, tu peux les ajouter, mais ce n’est pas suffisant. C’est la première chose. Deuxième point, c’est qu’il faut aussi identifier des gens qu’on veut atteindre. Selon moi, il y a deux typologies de cibles en priorité pour les étudiants. La première, ça va être des recruteurs. La deuxième, ça va être des décideurs. On va chercher avec des fonctions, avec des métiers. C’est très important.

Bertrand

Quand tu dis décideurs, tu veux dire des responsables dans des entreprises qui intéressent les étudiants. Cette entreprise m’intéresse, ce métier m’intéresse, je vais essayer de trouver ces personnes là ?

Julien

Tout à fait, sur LinkedIn selon moi, la plus grande opportunité de LinkedIn, c’est que c’est un incroyable point de contact supplémentaire. Une fois qu’on a compris ça, à chaque fois que je montre ca en formation, les gens sont très surpris. Mais LinkedIn, c’est avant tout de la data.

Bertrand

Clairement, et donc d’une certaine manière, c’est un moteur de recherche, de contacts ?

Julien

D’ailleurs, c’est pour ça que LinkedIn dans sa version payante, au bout d’un moment, ce qu’on a en plus, ce sont les recherches illimitées…

Bertrand

Et donc ça, c’est le premier conseil que tu donnes sur le développement du réseau. C’est évidemment d’abord d’inviter les gens qu’on connaît, mais aussi d’aller plus loin et de développer son réseau.

Julien

Je pense qu’il faut s’intéresser au Professionnel. Il faut s’intéresser aux gens. Je le vois dans mon quotidien, il y a des personnes qui me sollicitent. À partir du moment où je vois ça de manière sincère, qui s’intéresse à ce que je fais, je réponds favorablement.

Bertrand

Alors il y a une question qui revient aussi, c’est comment je ne connecte avec ces personnes? Comment je me connecte à une personne que je connais pas ?

Julien

Selon moi, on va parler un petit peu de la note personnelle. C’est le petit mot que l’on va ajouter pour se connecter à quelqu’un. D’ailleurs, c’est vrai que ça il faut vraiment le faire tout le temps. Je le recommande. Il faut mettre rapidement le point en commun qu’on a avec la personne.

Bertrand

Donc, très concrètement, ça veut dire que je n’invite pas une personne sans mettre un petit message pour lui dire pourquoi je l’invite ?

Bertrand

Moi, je mets toujours un message. Il y en a qui vous diront le contraire que ça peut fonctionner aussi. Moi, je vous dis de mettre toujours une note parce que c’est le début d’une conversation. C’est le début d’une relation.

Bertrand

Oui. Et puis, c’est aussi un moyen d’engager la conversation. On rentre pas dans un bureau sans frapper à la porte. Là, c’est un peu pareil. On frappe à la porte et on dit bonjour, on se connaît pas, mais j’ai envie de te rencontrer…

Julien

Tout à fait.

Bertrand

Ca veut dire invitation personnalisée, et ça, c’est assez simple sur LinkedIn, c’est pas très compliqué et faire son petit message personnalisé, ce n’est pas non plus très sorcier ?

Julien

Il faut se renseigner sur qu’est ce qu’on a comme un point commun, qu’est ce qu’on a comme contexte qu’on peut utiliser avec un recruteur? Ça peut être une actualité de son entreprise. Ça peut être une conférence qu’on a suivie. C’est assez simple, c’est la prospection finalement, c’est la même chose, sauf qu’on va essayer d’apporter de l’ultra personnalisation.

Bertrand

Moi aussi, j’aime votre entreprise ou moi aussi, j’ai envie de travailler dans cette entreprise. C’est le genre d’engagement qu’on peut prendre pour se connecter quelqu’un qu’on ne connait pas encore. Est ce que selon toi il y a un volume de contacts qu’il faut avoir dans son réseau ? Quand on est étudiant et qu’on se dirige vers la vie professionnelle et qu’on a envie de faire un job, particulièrement dans le Digital. Est ce qu’il y a une une notion de volume de contacts qu’il faut avoir ?

Julien

C’est un sujet aussi, il y a beaucoup d’avis. J’ai tendance à recommander d’aller chercher au moins 500 relations. Je pense qu’à partir de là, moi j’utilise beaucoup les différents cercles pour faire mes recherches LinkedIn. À partir de 500 relations, on peut construire des véritables opportunités si on ajoute des gens qu’on veut atteindre. C’est toujours pareil.

Bertrand

Parlons des cercles justement parce que effectivement c’est intéressant. Le premier cercle, c’est les gens qui sont dans notre réseau. C’est comme ça que ça fonctionne, c’est ceux qu’on a déjà invité, ce qu’on connaît déjà les premiers. Parle nous, des autres cercles, il y a le deuxième cercle, le troisième cercle, c’est ça ?

Julien

Moi, j’utilise exclusivement le deuxième cercle quand je veux atteindre des gens là. Aujourd’hui, je suis en train de rechercher des personnes, des personnes avec qui je vais collaborer. Donc, j’utilise le deuxième cercle, le deuxième cercle. Je ne connais pas la personne, mais quelqu’un de mon réseau peut me recommander peut me permettre d’atteindre cette personne.

Bertrand

Donc, tu as une personne en commun avec cette personne là et donc tu peux utiliser cette personne pour échanger avec elle. Le troisième cercle, c’est des gens qui sont assez éloignés ?

Julien

Troisième cercle, on ne les connaît pas. Notre réseau ne les connaît pas.

Bertrand

Donc là, on a peu d’opportunités d’échanger avec elles. C’est vraiment très, très hypothétique ?

Julien

Alors, on peut les ajouter. Rien n’interdit, on peut lui demander relation, c’est permis. Mais moi, je pense que c’est les personnes qui vont moins nous identifier qui vont peut être trouver ça un peu bizarre…

Bertrand

Julien Dans l’idée du réseau, on a parlé dans un autre atelier du Gagne-Pain, du marché de l’emploi caché. Le marché de l’emploi caché, c’est celui qui ne génère pas une offre d’emploi. Et donc, il est évidemment important sur LinkedIn puisque c’est un moyen de discuter avec tout le monde. Comment tu vois les choses pour encore une fois, les jeunes qui nous écoutent ?

Julien

On sait que c’est un sujet important. Je crois qu’on peut considérer que c’est quasiment 60% des offres d’emploi. Je crois qu’il faut être identifié. À partir du moment où on a été identifié, à partir du moment où on comprend cette logique de réseau, les opportunités qui vont arriver. J’ai des personnes en formation en 15 jours elles trouvent leur stage, mais pas forcément en ayant postulé à des offres de stage. Donc, une fois qu’on a compris ça aussi, ça veut dire que peut être, c’est des choses qui sont un peu moins palpables. C’est une réalité. On ne peut pas dire que j’ai postulé à tant d’offres d’emploi, mais il y a des gens qui vont vous identifier, qui vont vous recommander. Moi, c’est comme ça que ça fonctionne pour moi au quotidien.

Bertrand

Et le marché de l’emploi caché, c’est un peu ce qu’on dit « tu connais pas quelqu’un qui saurait faire ça » ? Sur LinkedIn, c’est assez facile de trouver cette personne qui sait faire ça parce qu’on l’a mis en avant sur son profil ?

Julien

Tout à fait, moi souvent je prends cet exemple d’une personne que j’avais formé et qui faisait du consulting pour les banques financières. Juste en publiant peu de contenu sur son profil LinkedIn, en montrant un petit peu ce qu’elle faisait. Il y a des gens dans son premier cercle qui lui envoient des messages…

Bertrand

Merci Julien. On a vu donc LinkedIn. On a vu le profil, le CV en ligne. On a vu le réseau LinkedIn. Maintenant, on va voir la publication. Qu’est ce que ça veut dire de publier sur LinkedIn ?

Julien

Publier c’est être vu, c’est être identifié, c’est être visible de son réseau. C’est un avantage compétitif incroyable.

Bertrand

Qu’est ce qu’on publies alors?

Julien

Selon moi. Il y a 2 méthodologies que l’on peut utiliser. La première, ça m’a surtout concentré sur le fait de reprendre le contenu des autres, la deuxième de manières personnelle.

Bertrand

Reprendre le contenu des autres, c’est une certaine forme de Veille. Sélectionner les articles des choses qui ont déjà été dîtes par d’autres et on va reprendre à son compte. Ça, c’est ce qu’on peut on faire pour commencer ?

Julien

Tout à fait. Je suis passionné admettons par la data, je veux être data scientist. Je vais reprendre un article par semaine chez mon profil LinkedIn. Je m’engage sur une journée où je m’engage vraiement, c’est important, de même, noter sur un agenda. Je vais montrer une réflexion, ou ce que j’ai appris. Ça va intéresser d’autres personnes.

Bertrand

Tu va faire sa propre sélection sur le sujet de la DATA, sur le sujet commerce, sur le sujet du luxe… Sur les sujets qui t’intéresse. Et tu vas prendre cet engagement de le faire régulièrement pour avoir un impact.

Julien

Il faut s’engager parce que je crois a l’effet cumulé. Ce sont les petits pas, petit a petit, qui vont apporter des opportunités.

Bertrand

Est-ce que cette publication, par rapport à ce qu’on évoqué tout à l’heure sur les mots clé, elle a un impact aussi sur les mots. Est-ce le fait de publier beaucoup de chose sur la data va renforcer la recherche que l’on pourrait faire un data scientist et qui arriverait sur mon profil ?

Julien

Oui, ça peut avoir un impact. Un impact parce que LinkedIn va détecter, est ce qu’on est actif ou pas? Sur quels sujet? Donc, oui, en ffet, en a aussi un petit modes sur le profif, le mode de créateur, c’est nouveau. On peut dire aussi quels sont les sujets qui vont nous intéresser, en mettant notamment des hashtag. Mais il faut essayer d’avoir une relation aussi avec ca.

Bertrand

Mais sur ce sujet de publier régulièrement, il faut le faire avec une certaine régularité, sinon ca ne sert à rien ?

Julien

Faut de la discipline, et ça c’est valable partout.

Bertrand

A part republier, y a également créer et du contenu ?

Julien

Oui, on peut aussi créer du contenu propre. Et moi, ce que je recommande comme méthodologie. C’est justement d’arriver à détecter, dans son quotidien d’étudiants. Quels sont les éléments que je peux extraire. par exemple, après une formation, un atelier, après une conférence sur ce que j’ai appris concrètement. Et le diffuser je vais l’offrir, c’est toujours pareil, avec de la réflexion pour mon audience.

Bertrand

Donc la ça veut dire que il y a un travail à un peu plus fourni, de rédaction et de réflexion pour alimenter du contenu propre ?

Julien

Oui, il y un travail de création, de rédaction. On pourrait parler aussi, si tu veux de ce que je utilise comme méthodologie pour écrire le contenu.

Bertrand

Maintenant contenu que l’on crée ? Il y a évidement du contenu du texte. Il y a aussi du contenu photographique, il y a du contenu sous forme de documents, contenu vidéo. Tout ces contenus sont disponibles sur ce LinkedIn ?

Julien

Oui, il y a une variété, une palette est assez importantes je trouve, de thématique de contenus, de formats de contenus sur LinkedIn. Par contre, n’oubliez pas une chose. Il faut être bon sur le message. Si vous n’avez rien, ne l’oubliez pas. Ca c’est très important. Après bien sur il y a des formats qui marchent mieux que d’autres. Notamment le format document, format texte.  Ca paraît bizarre mais le format texte fonctionne. Moi ça fait quasiment  3 ans que j’utilise le texte et ca marche !

Bertrand

Ca veut dire quoi pour créer du contenu, On a une multitudes de solutions n’est pas seulement une solution. C’est aussi ce que je voulais dire alors, Si l’on est sur Tiktok on fait de la vidéo, on fait rien d’autre. Et si on est sur Instagram on fait de la photo. la on a vraiment une multitudes de contenus, à commencer par le texte dont tu parlais. Ça, c’est aussi importants de montrer sa créativité.

Julien

Tout à fait, LinkedIn change, LinkedIn pivote. On est sur un réseau professionnels, ou maintenant, on peut aussi diffuser de l’information.

Bertrand

Dans la présentation que j’ai fais de toi tout à l’heure on parle de LinkedIn évidemment, parce ce que tu as fait est déjà beaucoup de choses sur LinkedIn. Tu écris, tu publies, bref, tu es très actif. Mais tu as ajouté quelque chose qui me semble intéressant, c’est développer sa marque personnelle. Qu’est ce que ça veut dire ? Là, on est vraiment à l’étape ultime. On développe sa propre marque sur LinkedIn ?

Julien

En fait, qu’est ce qui fait qu’on va s’intéresser à une personne ? Ça va être ses aspérités, ses qualités, ses défauts. C’est pour ça que, quand on est étudiant, c’est peut être quelque chose qui n’est pas évident, marque personnelle & personal branding. Mais il faut travailler justement sur ses prises de position et sur ces opinions. Que ça soit qualitatif, que ca soit constructif, ce qu’on va dire, c’est ça la marque personnelle. Qu’est ce qui va faire que je vais me différencier d’une autre personne. C’est pour ça que, dans son profil LinkedIn, je pense, qu’il faut mettre en avant ses compétences. Et aussi, on peut avoir des passions, on peut avoir des hobbies, voire même des engagements associatifs qui vont faire aussi finalement la différence.

Bertrand

Engagement pour la planète, engagement pour les minorités, engagement… On a beaucoup de ces engagements, ce qui fait partie de sa propre personnalité. Mettons-le en avant sur son LinkedIn, c’est ce que tu dis ?

Julien

Tout à fait. On peut avoir un titre LinkedIn ou on a d’abord des compétences métiers et ensuite un engagement ou ensuite une passion qu’on peut avoir.

Bertrand

Excellent, ca montre la richesse de ce qu’on peut faire sur LinkedIn. J’ai une dernière question sur la publication sur LinkedIn. Comment est ce que ces publications peuvent nous aider à trouver notre futur métier? Ça a quel impact sur le choix de ce futur métier ou sur la découverte de ce futur métier ?

Julien

Alors, les publications, encore une fois, ça permet de gagner en visibilité, donc d’atteindre de nouvelles personnes. Et donc, ces nouvelles personnes, si on a bien comprit la dimension business de LinkedIn, ça va être des décideurs ou des recruteurs. Donc ce sont des gens avec qui on va pouvoir échanger. LinkedIn est un point de contact supplémentaire, donc le contenu sert à ça. Moi, au quotidien, je rencontre de nouvelles personnes grâce à ce que je fais sur LinkedIn, tout simplement.

Bertrand

Julien, pour terminer cet entretien, j’aimerais bien qu’on parle des opportunités sur LinkedIn qui s’offrent suite à la pandémie. Il y a eu des changements importants dans nos comportements et je crois que là aussi, il y a des changements importants sur l’usage de LinkedIn.

Julien

C’est vrai qu’on parlait d’utilisation plus importante depuis la période qu’on vit actuellement. On a un usage qui augmente, des réseaux sociaux. C’est indéniable. LinkedIn fait partie des réseaux sociaux, donc ça veut dire plus d’opportunités. Plus de gens qu’on peut atteindre.

Bertrand

Ça veut dire que, y compris pour les réseaux sociaux professionnels, l’usage s’est développé suite à la pandémie.

Julien

Oui, on le constate très clairement, même sur les demandes aussi que je reçois. Il y a des gens qui veulent maintenant prendre le train.

Bertrand

D’accord, allez vite. Une deuxième question suite à la pandémie, c’est est ce que tu constate aussi le fait que de plus en plus de rendez vous se font à distance, en visio. Et ça aussi, ça a un impact puisque évidemment, c’est plus facile de partager son profil LinkedIn quand on quand on est en visio, est ce que tu vois ça ?

Julien

Oui, je le vois. Moi, sur la partie recrutement, j’ai déjà fait pas mal l’entretien en visio avec des candidats. Je pense qu’il faut se préparer aussi à ça. Ça peut être des choses très basiques, ne serait ce qu’un bon matériel. Et aussi la première impression parce que la visio, c’est différent au niveau de l’interprétation qu’on peut en avoir. Donc oui, c’est un phénomène très important.

Bertrand

Donc, il faut s’y préparer comme on se prépare à LinkedIn.

Julien

Exactement.

Bertrand

Julien, merci beaucoup. Dernière petite chose. Est ce que tu acceptes les invitations qui vont venir des auditeurs du Gagne-Pain pour rejoindre ton réseau ? Et si oui, qu’est ce qu’il faut qu’ils fassent ?

Julien

Alors oui, j’accepte la plupart des demandes. La contrainte, je pense qu’on en a parlé déjà pendant l’entretien, c’est d’ajouter un contexte avec une note personnelle.

Bertrand

Je vous ai entendu sur le Gagne-Pain, j’ai bien aimé. Est ce que vous accepteriez de rejoindre mon réseau professionnel ?

Julien

Exactement.

Bertrand

Merci Julien.

Bertrand

Merci Bertrand.

Bertrand

Merci beaucoup d’avoir écouté ce nouvel épisode du Gagne-Pain. Si vous aimez le Gagne-Pain, laissez nous cinq petites étoiles sur Apple Podcasts ou votre application de podcasts ou de streaming préférée. N’oubliez pas de vous abonner au Gagne-Pain. Vous pouvez nous écrire, nous envoyer vos suggestions et vos commentaires sur leGagnePain.fr Retrouvez nous également sur les réseaux sociaux pour suivre notre actualité. A bientôt pour un nouvel épisode du Gagne-Pain.

Laisser un commentaire