page title icon ÉPISODE 20 – Hymane Ben Aoun, recruteuse expérimentée dans le Digital, fondatrice d’Aravati, DG de TEAMINSIDE & présidente de Syntec Conseil.

Épisode 20 du Gagne-Pain : le métier de Recruteuse dans le Digital avec Hymane Ben Aoun, Fondatrice d’Aravati, DG de TeamInside et Présidente de Syntec Conseil.

Bonjour et bienvenue sur L’atelier du Gagne-Pain !

L’atelier du Gagne-Pain c’est votre nouveau rendez-vous qui vous fera découvrir des professionnels du recrutement. Avec eux, nous découvrirons un autre regard des métiers du digital. Dans ces ateliers nous vous proposerons les conseils de ces professionnels pour faire les bons choix dans votre projet et vous aider à trouver le Gagne-Pain qui vous convient.

Dans ce 20ème épisode, nous avons l’honneur de recevoir Hymane Ben Aoun, pour un atelier 100% digital.

Quels sont les conseils d’une recruteuse pour trouver un job dans le Digital ?

Retrouvez les excellents conseils d’Hymane :

-Quelle est la qualité essentielle pour travailler dans le digital ?

-Que doit-on absolument indiquer dans son CV ?

-Comment bien utiliser #LinkedIn dans sa recherche ?

-Comment préparer ses entretiens de recrutement ?

Découvrez désormais les réponses et ses conseils à travers de notre podcast !

Merci à Hymane pour sa participation et nous espérons que l’écoute vous plaira !

Si vous aimez l’épisode, mettez-nous 5 petites :étoile::étoile::étoile::étoile::étoile:️ pour nous encourager.

Vous travaillez dans le digital et vous souhaitez faire connaître votre métier, partagez votre expérience ? 
N’hésitez pas à nous contacter pour nous proposer votre profil

Notes du podcast et liens utiles :

Notre invité : Hymane Ben Aoun – Profil LinkedIn

Son métier : Recruteuse Expérimentée dans le digital

Interview faite par : Bertrand Jonquois

La retranscription de l’épisode 20 : Recruteuse Digital

Bertrand
Bonjour, Bienvenue, c’est l’atelier du Gagne-Pain. Je suis Bertrand Jonquois, co-fondateur du Gagne-Pain et avec ce nouveau rendez vous, l’Atelier du Gagne-Pain, nous allons prendre le temps de rencontrer régulièrement des professionnels du recrutement. Avec eux, nous découvrirons un autre regard sur les métiers du digital. Dans ces ateliers, nous vous proposerons les conseils de ces professionnels pour faire les bons choix dans votre projet et vous aider à trouver le Gagne-Pain qui vous convient.

Bertrand
Pour ce troisième ateliers, nous avons le plaisir d’accueillir Hymane Ben Aoun. Bonjour Hymane.

Bertrand
Merci beaucoup d’avoir accepté l’invitation de l’atelier du Gagne-Pain. Comment présenter Hymane ? Hymane et à la fois présidente d’Aravati un cabinet de conseil en RH spécialisé dans les manageurs digitaux (https://aravati.fr/). Elle est également directeur général de Teaminside, spécialiste des métiers du digital (https://teaminside.fr/), et elle est présidente de Syntec Recrutement (https://syntec-conseil.fr/expertises/conseil-en-recrutement/). Ça fait beaucoup, est-ce que j’ai oublié quelque chose Hymane ?

Hymane
Il y a des choses qui sont moins faciles à trouver, qu’on ne verra pas forcément sur mon profil LinkedIn. Je suis aussi membre du club du 21eme siècle qui estun club que j’adore et que je défends beaucoup parce que c’est un club qui fait la promotion de la diversité (https://club21siecle.org/) Et et j’y tiens, c’est un sujet qui me tient à cœur.

Bertrand
On mettra les liens dans les notes du podcast comme ça. Si des gens veulent en savoir plus, ils pourront aller voir.

Hymane
Avec plaisir, oui, c’est un sujet qui me tient à cœur et c’est un sujet qui me tient à cœur parce que pour moi, c’est une richesse, la diversité, et j’ai envie de faire partager cette richesse à un maximum de gens.

Bertrand
On est 100% d’accord avec toi au Gagne-Pain. Est ce que tu peux simplement nous dire, en quelques mots, ton rôle dans le recrutement. Ce que tu fais dans le recrutement et depuis combien de temps tu es dans le recrutement ?

Hymane
Je suis une vieille du recrutement. Je suis une pionnière, comme disent certaines de mes amies, je suis une pionnière du digital. Quand j’ai commencé à recruter pour les métiers du digital en 1997, dans un premier cabinet qui s’appelait Diaphane ressources humaines et qui est devenu un cabinet 100% digital et qu’en 2004, on a transformé en Aravati avec un réseau international. Donc oui, je fais du recrutement. C’est mon métier de cœur. C’est vraiment un métier que j’ai choisi et sur lequel je suis venu après une première carrière, parce que ça me semblait naturel.

Hymane
Je fais du recrutement vraiment par passion et je fais ça depuis 97.

Bertrand
OK, donc on parle avec quelqu’un qui connaît le sujet. C’est pour ça qu’on a prévu de parler avec toi de 4 sujets, pour accompagner les jeunes qui nous écoutent à trouver un job dans le digital. C’est ça l’objectif du Gagne-Pain. Pour essayer de les accompagner avec toi, pour essayer de se servir de tout ce que tu peux leur apporter, on a prévu de faire un entretien en 4 étapes.

Bertrand
Une première étape, qui serait un peu les conseils pratiques. Qu’est ce que tu vois, toi, tous les jours, comme conseils pratiques à mettre en œuvre pour un jeune qui cherche du boulot dans le digital? Un peu les conseils tactiques, donc là plutôt, quels secteurs commencent à s’orienter dans l’univers du digital? Tes conseils stratégiques là, on parle un peu plus de qu’est ce que ça veut dire? Les métiers à l’horizon 2030 ou 2050?

Bertrand
Qu’est ce que ça change? Et puis après, moi il y a une partie que j’aime bien aussi, et c’est la quatrième partie, qu’est ce qui change avec ce qu’on a connu pendant la période de confinement? Est ce qu’il y a des choses qui ont fondamentalement changé? Si ça te vas, on commence par la première partie, les conseils pratiques dont tu as parlé tout à l’heure. L’Environnement digital, et tu avais envie d’insister sur cet environnement digital qui est important pour les candidats.

Hymane
Ce que j’ai envie de dire à des gens qui envisagent une carrière dans le digital, c’est que le digital, d’abord, c’est vaste. C’est quoi le digital? Pour moi, c’est aussi bien construire des plateformes digitales. Donc là, il y a les métiers qui sont liés à la construction de plateformes. Il y a les métiers digitaux autour de la communication, du marketing, de la relation client, de l’animation de communautés. Il y a plein de métiers dans le digital.

Hymane
Le digital, c’est vaste. En revanche, il y a quelque chose qui caractérise cet univers. Pour moi, fortement, c’est le fait que c’est un environnement qui n’est pas figé. l’Environnement digital, les métiers du digital nécessitent vraiment d’être capables et d’avoir envie d’apprendre en permanence, de se renouveler en permanence.

Bertrand
On dit apprendre à apprendre ou être curieux. C’est ça que tu veux dire?

Hymane
Il faut que dans l’ADN de l’individu qui veut se lancer dans une carrière digitale, il faut qu’il soit convaincu que la curiosité, c’est sa première qualité ou son plus gros défaut.

Hymane
Mais vraiment, il faut être extrêmement curieux aussi. Si il n’est pas curieux, il n’aime pas apprendre. Et si on n’aime pas apprendre, on ne faut pas aller dans le digital parce que le digital, c’est apprendre en permanence et renouveler ses compétences en permanence.

Bertrand
Ça, c’est ton premier conseil : apprendre à apprendre, d’être curieux. Et si on veut se lancer dans le digital, il faut avoir ça en soi.

Hymane
Il faut avoir ca en soi, il faut que ça soit une qualité intrinsèque.

Hymane
Ce soit quelque chose qui vraiment catégorise l’individu. Il y a une autre dimension. Dans le digital, l’employabilité peut être courte. c’est à dire qu’on peut être très bon sur une expertise verticale, c’est super. Si on n’a pas fait de veille, si on n’est pas allé chercher, si on n’a pas observé le marché. Regardez ce qui se passe et ce qui évolue, qu’on ne sait pas renouvelé l’expertise ne dure pas longtemps et on est vite obsolète comme un iPhone 8…

Bertrand
Donc, il faut remettre à jour le logiciel

Hymane
Tout le temps. Mais le remettre à jour, apprendre, c’est une chose. Mais tester, innover, aller chercher les innovations, regarder ce qui se passe sur le marché. Aller sur des événements, sur des salons, écouter, regarder ce que font ses pairs, c’est hyper important, ca fait vraiment partie du job. Les gens qui vivent tout seul dans leur job sans regarder ce qui se passe autour, ils n’ont pas une durée de vie suffisamment intéressante

Bertrand
Pour ceux qui nous écoutent, qui sont plus juniors, ont souvent moins d’expérience que ceux dont tu viens de parler. Qu’est ce qu’il faut qu’ils fassent ? Qu’est ce qu’il faut qu’ils mettent en avant? Quand on sort d’école, quand on est encore à l’école, qu’est ce qu’on met en avant dans son CV, et comment on gère ça?

Hymane
Ce qu’on imagine qu’on peut apporter à une entreprise. Moi, j’aime les CV où la personne dit, je veux rejoindre une entreprise a un poste comme celui là. Et voilà pourquoi je pense que je suis la bonne personne pour ce poste.

Bertrand
On se projette !

Hymane
Ça manque beaucoup dans les CV. Nous, on s’attache beaucoup à comprendre la motivation des candidats, parce que pour nous, c’est une clé de succès importante. Donc, qu’est ce qui motive quelqu’un?

Hymane
Et si on nous l’écrit, c’est quand même plus facile. Et puis ça interpelle. Et voilà donc quelqu’un qui n’a pas beaucoup d’expérience, mais qui est capable de dire moi, ce que j’aime faire, voilà ce que je sais faire. Voilà ce que j’ai envie d’apporter à une entreprise. Voilà le type de poste sur lequel je me projette. C’est quelques clés qui permettent de bien comprendre ce qu’on peut lui proposer ou pas.

Bertrand
En dehors du CV, on parle beaucoup LinkedIn et tous les auditeurs du Gagne-Pain le savent. LinkedIn C’est clé, qu’est ce que ça veut dire pour toi LinkedIn pour ces jeunes recrutés?

Hymane
LinkedIn, c’est un vivier. C’est un vivier de talents, un vivier de candidats pour nous. Donc, c’est un des endroits où on sait qu’on peut identifier des candidats qui ont une compétence qui nous intéresse. Donc, oui, c’est une grosse base de données candidats LinkedIn. Il y un truc quand même auquel il faut être attentif pour quelqu’un qui serait en poste et qui cherche un job et qui le fait savoir sur LinkedIn.

Hymane
C’est que LinkedIn c’est public, que les infos que vous mettez sur LinkedIn ne sont pas confidentielles. Pour moi, la différence entre LinkedIn et un CV. LinkedIn, c’est un teaser, mais je ne peux pas vous parler de mes couts d’acquisition. Je peux pas vous parler des performances des campagnes média ou de la campagne en social sur Instagram que j’ai faite pour l’association Tartempion. Parce que c’est il peut y avoir un problème de confidentialité. Dans un CV on a le droit d’écrire des choses comme celle là parce qu’un CV, c’est un document confidentiel.

Bertrand
C’est très intéressant, cette notion que tu évoques. C’est la première fois que je l’entends, mais il me semble très importante. Sur LinkedIn, on peut dire plein de choses, mais dans un CV, on peut tout dire.

Hymane
Absolument, c’est un document confidentiel, donc on peut y mettre des informations qui n’ont pas vocation à être dévoilées. Donc, rien de stratégique, bien sûr, sur un CV. Vous pouvez pas dévoiler les chiffres confidentiels de votre entreprise, mais vous pouvez donner un certain nombre d’indices que vous mettrez plus difficilement sur un site public comme LinkedIn.

Bertrand
Dans la deuxième partie de notre entretien, j’aimerais parler de tes conseils plutôt tactiques. Là, on parle un peu de des entreprises, des secteurs vers quels secteurs les jeunes qui nous écoutent peuvent s’orienter. Qu’est ce qui est, à ton avis, le secteur, les secteurs les plus porteurs pour ces jeunes?

Hymane
Je ne sais pas s’il y a des secteurs plus porteurs. Il y a énormément de secteurs et de nouveautés, de nouvelles entreprises. Il y a eu des énormes levées de fonds pour quelques ssociétés françaises qui, du coup, ont des campagnes de recrutement colossales. Donc, il y a tous ces secteurs là, soit les fintech, le gaming. Il y a en ce moment tout ce qui est lié aux Marketplace, donc aux plateformes de vente multimarques.

Hymane
Donc, il y a énormément de secteurs d’activité qui recrutent et les secteurs d’activité traditionnels qui recrutent pour les métiers du digital. Dans toutes les grandes sociétés de distribution, de textile, de mode, de parfumerie. Les start up, de mono-produit. Il y a un volume de postes ouverts qui est colossal.

Bertrand
Ce que j’entends, c’est le digital est partout.

Hymane
Le digital est partout, dans tous les métiers, dans toutes les entreprises. Et il y a des entreprises qui sont purement digitales. Ce qu’on a appelé les start up ou les pure players. Et puis, il y a les grandes entreprises, les ETI (Entreprise de taille intermédiaire) qui ont toutes des départements digitaux qui recrutent également.

Bertrand
Sur la troisième partie de l’entretien, j’avais envie de parler de stratégie parce que, ça veut dire quoi, son job dans 20ans ou 30 ans? On entend souvent dire que les métiers dans 30 ans n’existent pas encore. Est ce que toi, tu, tu as une vision là dessus sur justement, comment un jeune qui sort de l’école peut se projeter? Est ce que c’est encore possible de se projeter à l’horizon de 30 ans?

Hymane
J’ai envie d’être un peu pragmatique là dessus. Oui, il y a probablement des métiers d’aujourd’hui sont des métiers qui n’existaient pas forcément hier. Un chef de projet digital hier, ça n’a plus rien à voir avec ce que c’est un chef de projet. Aujourd’hui, d’ailleurs, il s’appelle Product owner Business Analyst. Ils ont changé de métier, ils ont changé de de nom de poste. Donc oui, les métiers évoluent, ils évoluent vite.

Hymane
Je serais curieuse de voir ce que ce que pourrait dire mes confrères sur les métiers dans 30 ans. Moi, je prétends pas savoir ce qui va se passer. Ce que je peux dire pour une construction de carrière, en revanche, c’est qu’il faut être cohérent dans ses choix. Il y a des carrières qui se font pas par hasard. Donc une carrière, ça se construit. Et moi, je vois des candidats de temps en temps qui sont très opportunistes, voire trop opportunistes, qui sautent d’un truc à un autre sans se poser de questions, de cohérence, de construction, de développement de compétences, de façon un peu structurée.

Hymane
Et là, on va avoir un problème à un moment ou un autre. Donc, je trouve que ce qui est intéressant, même quand on est très jeune, c’est d’essayer d’imaginer une trajectoire, d’essayer d’imaginer où on a envie d’aller à moyen et à long terme. Et puis de voir comment on va construire ce voyage, ce parcours,

Bertrand
Comme on construit un jardin, d’une certaine manière?

Hymane
Ce que vous plantez aujourd’hui, c’est ce que vous aurez dans 3 ans, dans 5 ans. Et si vous serrez trop les les plants, vous aurez un problème. Tout va se chevaucher.

Bertrand
Et si on n’arrête pas de changer de jardin, ça ne marchera pas non plus.

Hymane
Tout à fait. Et je pense qu’il faut vraiment construire son sa trajectoire et essayer de l’envisager. Après, on a le droit de changer d’avis. On a le droit de bifurquer et je vois énormément de gens qui décident, j’ai fait 6 ans ça. Maintenant, j’ai vraiment envie de faire autre chose. Voilà comment je vois les choses et c’est possible et c’est envisageable. En revanche, essayer dans la mesure du possible de construire une trajectoire, de se positionner sur ce qu’on aime, ce qu’on n’aime pas, ce qu’on a envie de faire, comment, avec quel type de personnes on a envie de le faire? A quel rythme? Parce que le rythme dans une start up, le rythme dans une PME ou le rythme dans un grand groupe vont pas être le même?

Bertrand
Qui est à ton avis pour les jeunes qui nous écoutent le meilleur conseil ?Qui est ce qui apporte le meilleur conseil à ces jeunes, justement pour se projeter, pour essayer de voir un peu l’avenir ? C’est souvent une question qui nous est posée. Qui est le plus à même de conseiller les jeunes famille, les amis ?

C’est LinkedIn. J’ai envie de dire aller à la source, aller là où l’info est réelle. Ça veut dire que vous avez pensé à un métier, identifier des gens sur les réseaux qui font ce métier là, contacter les. Demandez leur de vous parler de leur métier, de vous aider à comprendre comment on y arrive, etc. C’est la meilleure des stratégies. Les parents peuvent aider bien sûr si ils connaissent les métiers. Je suis maman moi même d’une jeune fille de 17 ans, donc on est en plein dedans et moi j’ai plein d’idées, plein d’envies, mais j’ai envie de lui dire : elle a envie d’être journaliste. Donc va parler à des journalistes, contacte les, essaye d’avoir de l’info, soit poli, soit gentil et soit clair dans tes questions..Et et avec un peu de chance, des gens vont te répondre et vont écouter. Donc faites ça. Moi, je pense que l’ère des réseaux sociaux, c’est aussi la facilité de contacter des gens, d’échanger avec un maximum de personnes. Donc, faites vous votre opinion en allant à la source, en allant aux gens qui font ce métier?

Bertrand
Merci beaucoup, Hymane. C’est un excellent conseil. Effectivement, pour trouver son métier, pour tracer sa voie, simplement poser des questions à ceux qui le font déjà, c’est assez facile aujourd’hui, c’était très compliqué il y a quelques années. C’est assez facile aujourd’hui et LinkedIn est le bon outil.

Bertrand
Dans la dernière partie de l’entretien, je voulais parler des opportunités qui s’offrent suite à la pandémie parce que ça a changé pas mal de choses. Ça a remis pas mal de choses en perspective. Parfois, ça a remis à plat un certain nombre de choses. C’est quoi ta vision de ce que la pandémie a changé pour les métiers du digital ?

Hymane
Il y a un monde d’après. On est déjà dans le monde d’après. Pour moi, c’est plus un sujet. On parle d’hybridation du travail en parlant de est ce que le travail demain, est en télétravail, est ce qu’il est en présentiel? Nous ce n’est plus du tout une question qu’on se pose. On a vraiment résolu le problème. L’efficacité, c’est la clé. Et donc je crois que ça, ça va rester, ça va se pérenniser ou on travaille n’est plus. Le sujet n’est plus la question. La question, c’est comment on collabore? Est ce que si je viens pas au bureau, je collabore de la même manière que si je suis au bureau? Je dis non.

Hymane
Il y a des sujets ou des missions sur lesquelles on doit collaborer et travailler en équipe, délivrer des choses en groupe. C’est bien de venir au bureau pour faire ça. Mais venir au bureau pour faire des entretiens toute la journée avec un casque, non. Ça, on peut très bien le faire chez soi si on est à l’aise pour le faire chez soi. Tout le monde n’est pas à l’aise pour le faire chez soi.

Bertrand
Donc, ça veut dire adaptabilité, ça veut dire qu’on s’adapte à chacun. On s’adapte au métier de chacun?

Hymane
On adapte le lieu à la mission. Ça veut dire que si ma mission comprend des choses sur lesquelles je dois me concentrer pour délivrer. Ça, j’ai besoin d’être isolé, d’être un peu concentré pour le faire. Est ce que c’est intéressant de le faire au bureau ? Et si c’est plutôt de l’échange, si c’est plutôt de l’informel, si c’est de la création, s’il y a du brainstorm, etc. C’est plus difficile de faire à distance.

Hymane
J’adapte ma localisation au type de mission que j’ai à faire dans une journée. Donc ça, pour moi, c’est réglé.

Bertrand
Le premier grand changement, c’est le bureau et l’organisation du travail.

Hymane
Le deuxième changement, c’est la rapidité avec laquelle on a repris la transformation des entreprises post Covid. C’est dire que pendant le Covid les entreprises se sont aperçues que elles ne savaient pas parler à leurs clients sans les voir. Donc les gens qui avaient des points de vente misaient tout sur le point de vente. Les points de vente sont fermés. Ils ne savent pas écrire un client parce qu’ils n’ont pas rentré dans une base de données les clients. On s’est aperçu que on ne savait pas livrer beaucoup de monde en même temps, etc.

Hymane
Il y a eu d’énorme prise de conscience des entreprises. Et là, je vous ai donné un exemple qui est très commerce & retail. Mais prenons les DRH. Moi, je travaille au quotidien avec des DRH qui sont mes clients et ils se sont aperçus que c’était difficile de parler à leurs collaborateurs, aux collaborateurs de l’entreprise. C’est difficile parce qu’on les connaissait pas forcément bien et que la facilité, c’était de leur parler au bureau. Mais s’ils ne sont plus au bureau, comment on leur parle comme on les connaît ? Comment est ce qu’on les épaule ? Comment est ce qu’on les aide ? Comment est ce qu’on les anime ? Il y a une vraie prise de conscience. Ces deux exemples, mais il y en a des centaines…

Bertrand
Ça veut dire que la pandémie a joué un rôle d’accélérateur pour la digitalisation des entreprises ?

Hymane
Je crois qu’on a gagné 7 ans. Il y a une étude, je peux te la retrouver si tu veux. Qui dit que l’on a gagné 7 ans dans la transformation digitale des entreprises. C’est une bonne nouvelle et elle a eu des côtés plus difficiles que d’autres. En revanche, elle a provoqué une prise de conscience sur laquelle on va pouvoir capitaliser et gagner et développer. On parle du télétravail. Moi, je parle du travail à distance maintenant. J’avais déjà un collaborateur qui vit à Nantes, parce que ses parents sont âgés. Et qui venait une journée par semaine au bureau, mais qui le reste du temps faisait son métier à partir de Nantes. Et c’était tout à fait possible et envisageable.

Bertrand
Oui, pour le travail à distance, mais pas forcément à 100% à distance parce que la proximité reste importante. C’est le même constat que font les clients ou où vous, en tant que cabinets de recrutement, vous êtes un peu en avance sur ce sujet ? Qu’est ce que tu vois chez tes clients?

Hymane
Nous, on a une population et une proximité avec les métiers du digital qui font qu’on est probablement en avance. On a des clients qui demandent aux collaborateurs de revenir à 100%. On a des entreprises qui recrutent et qui autorisent une journée de télétravail ou de travail à distance. Sur un marché qui se tend un peu en termes de compétences. Vous avez vu, il y a 80.000 postes non pourvus dans le digital. Il y a plus de postes ouverts que de candidats en demande. Donc, il y a un moment où le candidat choisit le rôle ou le poste ou l’entreprise. Et les entreprises qui font preuve de peut de souplesse, de peu d’adaptabilité, de peu d’ouverture. Elles vont avoir plus de mal à recruter que les autres et il faut, les prendre en compte.

Bertrand
Merci beaucoup pour tous ces conseils. Hymane, en conclusion, qu’est ce que tu souhaiterais dire, encore une fois à ces jeunes qui nous écoutent, qui veulent se lancer dans le marché de l’emploi et du digital ? Ce serait quoi, tes 2 ou 3 principaux conseils ?

Hymane
Ne pas croire que le digital, ca n’est que Instagram et Tiktok. Le digital, c’est beaucoup d’autres choses. J’ai envie de leur dire que le fait de travailler dans un environnement digital abolit quand même relativement les frontières. Donc ils se préparent à parler d’autres langues que spécialement le français.

Bertrand
Oui, c’est un sujet qui revient tout le temps : apprendre l’anglais, et le pratiquer au moins professionnellement…

Hymane
Le plus possible parce que on est dans un monde digital, sans frontières. S’intéresser à ce qui se passe en dehors de chez nous, de ce qui se passe aux Etats-Unis, de ce qui se passe en Asie. Il y a énormément d’avancées, alors pas toujours les plus sympa. Et s’ils ont envie de faire une carrière digitale, qu’ils fassent preuve de curiosité dès maintenant en s’intéressant à d’autres choses que ce qu’ils ont sous les yeux en permanence.

Bertrand
On rejoint un peu ton premier sujet. Être curieux, regarder ce qui se passe autour de soi?

Hymane
Absolument.

Bertrand
Merci beaucoup Hymane,

Hymane
C’était un plaisir.

Bertrand
Merci beaucoup d’avoir écouté ce nouvel épisode du Gagne-Pain. Si vous aimez le Gagne-Pain, laissez nous cinq petites étoiles sur Apple Podcast ou votre application de podcasts ou de streaming préférée. N’oubliez pas de vous abonner au Gagne-Pain. Vous pouvez nous écrire, nous envoyer vos suggestions et vos commentaires sur leGagnePain.fr Retrouvez nous également sur les réseaux sociaux pour suivre notre actualité. A bientôt pour un nouvel épisode du Gagne-Pain.

Laisser un commentaire